AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Héritage des Anciens

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:48

Deux semaines Plus Tard :

- Jouer s'est sacrer tu comprends ?
- C'est quoi ces mots menaçant ? questionna Keiichi.
- Heu...
Mancinia vit Keiichi et Rena assit autour de tables carrées, spécifiques d'une école. A leur côtés, une fille plus âgée, des cheveux verts [Notes de l'Auteur : Je sais que ça fait idiot, mais j'aime ça ^^ Souffrez !]. Des yeux verts également...Vêtue d'un jeans, un pull blanc crème enlaçant sa taille et un t - shirt jaune soleil. Puis deux autres jeunes filles, sans doute âgée de treize ans...L'une était blonde avec des yeux violets et un air espiègle, vêtue d'une chemise robe et d'un jeans délavée, l'autre était sans doute plus jeune que son amie, de long cheveux bleus ainsi que des prunelles azurés, vêtue d'une longue robe verte clair.
- Heu..., répéta Mancinia. Désolée de vous interrompre, Rena, ton père m'a dit que tu serais ici...Je t'ai attrapée ton bonhomme Kentuki !
- Ouah ! s'exclama Rena en se levant brusquement. C'est trop gentil ! Il est trop mignon, je l'adore ! Merci ! Merci ! Merci ! ...Mais...Je t'avais dis que je le ferais plus tard, en plus avec ton bras...
- Bah...Comme ça tu ne devras pas le faire et puis mon bras va beaucoup mieux...Bon, je vous laisse.
- Attend ! s'exclama Keiichi. Tu pourrais rester pour...
- Nan mais ça va pas ! Comment oses - tu prendre l'initiative d'inviter quelqu'un à ce joindre à notre club ?!
- Ca va calme toi Mion !
Mancinia se retourna :
- Mion Sonozaki ?
- Heu...Ben oui.
- J'ai rencontrée ta soeur, Shion. Je croyais d'ailleurs que c'était toi.
- Bah oui, ricana Keiichi. Elles ont la même tête mais Shion est beaucoup plus maligne !
- Répète ?!
- Ca va, calmez - vous tout les deux ! dit Rena, outrée.
- Ne vous inquiétez pas, s'interposa Mancinia. Je rentre.
Les jeunes gens ne répondirent rien, puis Rena commença à rire :
- Dans ce cas, je rentre avec toi ! Tu dois voir le docteur Irie, non ?
- Si.
- Dans ce cas, dit Mion en se levant. Je viens, l'Entraîneur à besoin de nous. Tu savais qu'il dirigeait l'équipe de base - baal ?
Mancinia hocha la tête.
- Et puis...Demain c'est la Fête de la Rivière de Coton. Rika doit s'y préparer et nous devons aider les partisans.
"Demain ?!"
Mancinia resta sidéré, mais cacha cela avec une surprise feinte en vue de sa rencontre avec la prêtresse du Temple Furude, là où on vénère le dieu tutélaire du village d'Hinamizawa : le dieu vengeur Oyashiro.
- Tu es Rika Furude ? demanda Mancinia. La prêtresse tu Temple ?
- Oui, c'est moi ! dit gaiement la jeune fille aux cheveux bleus.
- Moi, c'est Satoko Hojô, la dernière du groupe !
- Mancinia, enchantée...
Mion demanda à Mancinia de se joindre à eux en partie pour s'excusez de son comportement agressif, même si la jeune femme préféra en rire plutôt que de lui en tenir rigueur. Le soleil doré rasait la ligne d'horizon qui baignait le village dans une douce chaleur d'été. Plusieurs partisans construisaient les stands et préparaient la scène où aurait lieu le spectacle de Rika, après, les personnes présentes lors du festival se dirigeraient vers la rivière pour y jeter leur morceau de coton. C'était en partie ce que lui avait expliquer Rena, revenue depuis un an dans la région. Mancinia appris à mieux connaître le groupe, sauf Rika Furude, absente en vue de son rôle le lendemain. La jeune femme vit également Shion, qui au grand étonnement de tout le monde affirmait de n'avoir jamais vu Mancinia, ce qui était la vérité. Mancinia feinta, elle savait tout d'eux sans qu'ils le sachent et prétexta une brève rencontre à l'Angel Mort, le restaurant où Shion travaillait. Elle et Mion étaient d'ailleurs des jumelles monozygotes, de véritables jumelles, voix et apparences, s'en était même troublant. On les distinguait par leurs comportements, Shion était timide et réservé, prête à taquiner sa soeur. Tandis que Mion était rebelle et garçon manqué. Mancinia n'apprit rien de bien intéressant concernant Rena, ses parents sont divorcés et ce genre de chose, même si c'est une fille très intelligente et pétillante de vie malgré le malheur, Mancinia se rappela de sa vie mouvementé durant un bref instant, mais banni ses souvenirs de sa mémoire. Keiichi était quand à lui le fils d'un artiste reconnu dans le Japon, et malgré les apparences, un garçon malin et intelligent...Mancinia tenta une approche plus douce avec Satoko, la fillette pétillante de vie était orpheline et vivait avec Rika dans le Temple. La jeune femme contourna ses questions, Satoko lui expliqua que ses parents étaient morts ainsi que ceux de Rika, victimes de la malédiction d'Oyashiro...Quand à son frère aîné, Satoshi, il aurait disparu un an auparavant. A sa mention, Shion et Satoko restèrent muette dans leur coin. Mancinia ne posa pas plus de question à ce sujet. Se demandant si effectivement Satoshi avait fugué ou été torturée, non, elle savait.
- Monsieur Ôishi ? demanda Shion. Vous êtes en reconnaissance pour demain ?
- Ouh ! Je suis découvert !
Mancinia découvrit ce vieil inspecteur pour la première fois, il était un passionné par les meurtres qui sévissait sur le village depuis quatre ans. Vieux, les cheveux grisonnant et un regard fouineur, utile des fois, Mancinia s'amusait avec ses questions. Ils discutèrent peu et la jeune femme rentra tard après avoir un peu lever de le coude. La maison appartenait à une personne qu'elle aimait et qu'elle avait perdue depuis ce jour maudis de l'Occultation. Le lendemain, ce fameux jour de la Fête de la Rivière de Coton, un drame arrivera tard dans la soirée. Monsieur Tomitake et madame Takano. Qui commet ces crimes parmi les habitants ? Mancinia avait une idée mais...Elle était plutôt perplexe quant à sa théorie.

Fête de la Rivière de Coton - Hinamizawa : 13 Juin 1983 - 21h30.

La nuit tombait et les étoiles éclairaient le firmament tels des diamants. Mancinia arriva seulement à ce moment, préférant regarder le spectacle de Rika qui tenait un objet étrange comme un bâton mais plus complexe, un ancien instrument de torture qui servait à arracher les entrailles des victimes. Tomitake s'amusait à prendre de belles photos de cet événement, la jeune femme avait du respect pour son travail. Rena lui expliqua que s'était pour bénir le coton qu'on lâcherait dans la rivière plus tard dans la soirée que Rika faisait cette cérémonie, plus par forme et pour attirez la faveur d'Oyashiro. Après une demi - heure, Mancinia constata que Keiichi et Shion ne répondaient pas à l'appel mais...Elle s'en alla vers la rivière paisible pour se purifier de ses erreurs...Qui sait, ça l'aiderai peut - être à réfléchir posément ?
- Pourquoi le coton au fait ? demanda - t - elle à Rena.
- Il parait que ça purifie tout ce que le corps à de mauvais, alors quand ta boule de coton est jeter dans la rivière, c'est comme si tu étais purifier.
- Watanagashi..., marmonna Mancinia.

23h17.

- Bordel, où est passé Rena ? s'énerva Mancinia. J'ai à peine eut le temps de me retourner que...Tiens...
Mancinia descendit les escaliers de pierre pour mieux discerner les personnes présentes :
- Monsieur Tomitake ? s'étonna Mancinia.
- Ca alors ! Bonsoir Mancinia, la grande forme ?
La jeune femme constata que son ami n'était pas seul. Il était accompagnée d'une femme dont le regard lourd glaça Mancinia durant un fugace instant. Ses longs cheveux blonds platine allaient superbement avec sa fine silhouette gracile et ses yeux ambrés. Visage familier ?
- Alors, Mancinia, tu t'es bien amusée ? questionna cette dernière d'une voix étrange. Passionnante cette fête tu ne trouves pas ?
- Oui..., répondit Mancinia en essayant de se souvenir. Quand soudain une illumination lui vint à l'esprit. Ah, je vous reconnais ! Vous êtes mademoiselle Takano, l'infirmière de la clinique Irie.
- Hum ! Tu as une bonne mémoire, mais dis - moi, cela fait un bout de temps que tu es à Hinamizawa, tu t'y sens bien ?
Mancinia ferma les yeux :
- Oui, même si il y à pas mal de chose que j'aimerai savoir...
- Comme quoi ? questionna Tomitake. Le barrage ?
- Non, ont m'a à peu près tout dis sur cette histoire. Je sais que le projet est né il y à huit ou sept ans, à l'époque ce n'était pas qu'Hinamizawa qu'ils avaient prévu d'engloutir mais également une grande zone plus en amont.
- En effet, c'était un sacré barrage. Et vu son ampleur, les gens se sont mit à protester et l'affaire c'est retrouver devant un tribunal...Les juges ont trouvés des histoires de corruption pour ce projet, alors comme ce barrage faisait trop parler de lui, les promoteurs en ont vite stoppé la construction.
Le vent souffla, le calme tomba :
- Mais il y eut le meurtre où la victime à été démembrer, dit Mancinia.
- Exact, répondit Tomitake. Et si mes souvenirs sont bons ça doit remonter à tout juste quatre ans...Le soir même de la Fête de la Rivière de Coton.
- Dans ce meurtre, commença Takano. Les anciens du village ont vu la vengeance d'Oyashiro, le dieu tutélaire du village.
Mancinia explosa de rire :
- Une vengeance divine ? Vous y croyez ?
Tomitake la stoppa :
- Le fait que ce meurtre soit une sentence divine a été admis par la plupart des villageois. La suite la prouver.
Takano sourit :
- Oui, car tout les ans à cette date cela ce reproduit. Je me demande qui va mourir et disparaître cette année !
Son enthousiasme déstabilisa encore plus Mancinia, on aurait dit qu'elle semblait heureuse de cette éventualité. Si seulement elle savait.
- Tu es perplexe ? demanda Tomitake. Voilà quatre ans, jours pour jours, que le soir de la Rivière de Coton, à la nuit tombée, qu'une personne meurt et une autre disparaît sans laisser de trace. La première victime était le contre - maître du projet, l'homme démembrer, sa femme à disparue trois jours plus tard. Puis, ce fut au tour d'un homme et de sa femme, tout deux en faveur de la construction du barrage...Les Hojô je crois. Ils seraient tombés du haut d'une falaise...
"Les parents de Satoko", pensa Mancinia.
- Un accident quoi, marmonna la jeune femme.
- L'année suivante..., poursuivit Takano dont la voix vibrait de passion. Ce fût le tour du prêtre du temple qui avait protégé les Hojô, il serait mort d'une maladie étrange autant que foudroyante...Sa femme s'est tué en se noyant dans l'étang.
"Les parents de Rika", pensa à nouveau Mancinia.
- Un suicide après une mort, quoi d'étrange là dedans ? dit - elle avec froideur.
- Et ce n'est pas tout, continua Tomitake. L'année dernière, la tante de la petite Satoko a été battue à mort par un toxicomane tandis que Satoshi disparaissait.
- La mort de sa tante lui a juste permis de faire une fugue, répliqua Mancinia.
- Tu as un esprit scientifique, jeune fille, commença Takano avec un sourire. Mais tu devrais croire au surnaturelle.
- J'y crois...Plus que vous ne croyez mais là...Il est possible d'en faire une suite cohérente. Ne trouvez - vous pas ?
- Hum..., fit Takano avec conviction. Si, mais je pense que tout cela a été fait pour quelque chose de plus grand. Par exemple, tu savais qu'avant cette fête se faisait appeler le Watanagashi, la fête de la rivière de sang ?
- Maintenant que vous le dite..., débuta Mancinia. "Wata" peut désigner le coton mais également les entrailles.
- Le village s'appelait Onigafuchi, la marre des démons d'ou le nom du marais à l'entrée du village...A ce qu'on dit il serait sans fond. Les légendes disent également que ce village était peuplé de démons sortit de ce marais et que le dieu Oyashiro serait descendu pour faire un pacte. Le Watanagashi servait à ce que les démons puissent se repaître une fois par an. Et puis...Que pour chaque personne maudite, il faut un sacrifice en contre partie d'ou viens sans doute l'origine de la malédiction.
- M'ouais. Toutes sociétés a ses lois et ses sanctions. Pour ses dernières, l'Humanité a su faire preuve au fil des siècles d'une macabre imagination. Et des brumes du passé ont été créés de terribles prétextes et outils dont les hommes ont usé pour punir leurs semblables.
- Il se fait tard, nous devons y aller ! dit Tomitake. On se reverra plus tard Mancinia.
- Oui, nous nous reverrons encore une fois, marmonna Mancinia.
Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:49

Le lendemain : 13h56.

Mancinia avait mal au crâne. Elle qui ne buvait jamais avait dû tomber dans l'ivresse avant les autres ! Sur le chemin qui menait à l'école de ses camarades, elle croisa Mion qui ne semblait pas d'humeur joyeuse mais en plus, elle semblait malade.
- Qu'est - ce qui as Mion ? demanda Mancinia, inquiète. Tu es toute pâle.
Mion commença d'une voix qui fit trembler Mancinia :
- Tu n'es pas au courant...Hier soir, monsieur Tomitake est mort.
Mancinia en fût peu surprise.
- Quoi ?! s'exclama - t - elle.
- Pour être plus précise, continua Mion. Il a été assassiné. Un policier l'a trouvé peu de temps avant minuit, il était non loin du village près de la zone pavée. Cette endroit est vraiment mal éclairer, le patrouilleur à vraiment une bonne vue. D'après l'inspecteur Ôishi...Il se serait lui même ouvert la gorge avec ses ongles au point de s'arracher la carotide externe...Une artère vitale pour le cerveau.
- Et mademoiselle Takano ? demanda Mancinia. La dernière fois que je les est vus, c'est - à - dire hier soir après qu'on ce soit rendu à la rivière...Ils étaient ensembles.
- Pour elle, il semblerait qu'elle est disparue.

Une semaine Plus Tard :

L'enquête piétinait et tout le monde le savait, aucun indice, aucun suspect. Les rumeurs disaient que Tomitake était mort pour avoir prit autant de photo du spectacle. Mancinia en doutait. L'inspecteur Ôishi était même venu la questionner, lui disant qu'on avait retrouvé madame Takano un peu plus tard, son corps calciné près d'un baril d'essence. Or, ce qui intriguait l'inspecteur était que madame Takano soit morte vingt - quatre heures avant le festival. Ce qui signifie...Que si Mancinia l'avait croisé, cela aurait été son fantôme étant donné qu'elle était déjà en train de refroidir. Les morts ce relève, avait déclarer le vieil homme sans rire. Mais Mancinia resta perplexe, si Takano était morte...Avec qui avait - elle parlée ? ...Lorsque la jeune femme quitta la voiture, elle se demandait également pour le maire, disparu trois jours plus tôt. Bizarrement, même si cela n'avait pas frappé ses amis. Shion avait disparue et Mion semblait étrange et souvent de mauvaise humeur. Seul dans cette rue, elle devina que quelqu'un la suivait.
- Je sais que c'est toi Shion, dit Mancinia.
- Hé non ! rit son amie. Moi c'est Mion.
Mancinia éclata de rire.
- Tu ne m'auras pas.
Mion, ou plutôt Shion rit :
- C'est toi qui vois.
- Tu as tué le maire pas vrai ?
- Ouais, maintenant c'est ton tour !
Mancinia sentit quelque chose de violent au creux de son ventre, comme si elle était foudroyée sur place. Quand elle se réveilla, elle était allongée dans une salle étrange, elle vit Shion habiller d'un simple costume traditionnel qui ouvrit deux portes de fer, Mancinia discerna Mion, emprisonnée dans une cavité creusé dans la roche.
- Pourquoi tu fais ça Shion ?! cria Mion.
- Je ne sais pas moi - même ! rit Shion en s'avançant vers Mancinia.
- A cause de Satoshi ? dit - elle. Tu es en train de te venger ?
Shion resta la et la releva, les sens de la jeune femme était engourdit et elle pût enfin voir la salle au mieux. Mancinia resta paralysée face aux instruments de torture, une vierge de fer, une chaise à clous, une hache de décapitation au fond de la salle couverte de sang séché voir noire ainsi qu'une table de torture. Tremblant de tous ses membres, la jeune femme avait envie de vomir, Shion commença alors à rire :
- Tu as peur ? Tant mieux, je compte bien te faire souffrir et ce, vraiment très longtemps.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:49

Spoiler:
 
- A...Attend, Satoko..., commença Mancinia.
Mais la seul réponse qu'elle obtenu fut le cri déchirant de la fillette qui fixait avec une horreur grandissante l'arme de Mancinia. Cette dernière étourdie ne comprit pas tout de suite :
- Ce n'est pas ce que tu crois...
- Mais pourquoi... ? commença Satoko d'une voix triste. Qu'est - ce qui t'as pris ?
- Ce n'est pas...
- Non !
Satoko recula et s'enfuit en courant dans les bois environnants.
- Meurtrière ! cria - t - elle. Meurtrière !
- Je ne l'ai pas tuée ! Je vais t'expliquer.
Satoko entraîna Mancinia dans les bois puis sur le pont suspendu au dessus de la rivière, la fillette tomba tandis que la jeune femme la rattrapa :
- Satoko attend !
- Ne t'approche pas de moi espèce de meurtrière ! dit Satoko, terrifiée.
- C'est...C'est un mal entendu... ! J'ai tué Shion mais pas Rika ! Crois - moi !
- Ah oui ?! Alors dis - moi ce que tu fais avec une hache recouverte de sang dans la main ?!
- Mais ça n'à rien avoir ! Si c'est ça qui te fait peur...Je la jette.
Mancinia lança son arme en contrebas, elle percuta l'eau et se mit à couler, sans plus aucune preuve de son crime, malheureusement, cela ne convint pas Satoko :
- Ne prend pas pour une demeurée, si tu crois que à me rassure que tu es jetée ton arme ! Tu es bien plus grande et bien plus forte que moi, alors ce serait facile pour toi de m'étrangler ou de me pousser dans le vide.
- Qu'est - ce que tu veux que je fasse alors ?
- Tu vas commencer par mettre tes deux mains sur la tête, faire un pas en arrière et te retourner.
Mancinia s'exécuta tandis que Satoko se releva. Ce fût à ce moment seulement qu'elle constata que son amie avait due être agressée pour être dans cet état, en défendant Rika ?
- Je savais que tu étais quelqu'un d'honnête, que tu n'étais pas responsable de tout ce gâchis. Depuis que je suis jeune, je suis malheureuse.
- Ne dis pas ça ! Tu as des amis qui t'aiment !
Satoko versa des larmes :
- Quand j'étais jeune, nous avons fait une partie de cache - cache près de la remise du Temple. J'ai voulu m'y cachez...Mais en sortant, j'ai brisé le bras droit de la statue du notre dieu tutélaire. C'est à ce moment là que mon monde s'est effrité au point que j'ai cru devenir folle. Mes parents sont morts, ma méchante tante aussi. Et mon frère qui m'aimait pourtant plus que tout, a fini par m'abandonner du jour au lendemain. C'est alors que j'ai compris, en brisant la statue...J'étais tout simplement devenue maudite.
Mancinia resta sérieuse, sa douleur la paralysa :
- Reprends - toi, Satoko, il n'y a aucune malédiction et aucun esprit malveillant n'est l'as pour te persécuter !
Satoko releva alors son visage remplit de haine. Mancinia sentit ses deux mains sur sa poitrine et sous le coup de la fatigue et du sang perdu, elle bascula en arrière, tombant dans le vide.
"Est - ce que je rêve ?" se demanda la jeune femme.
Mancinia s'agrippa alors au lien du pont, essayant malgré la douleur de se retenir.
- Meurs sale monstre ! cria Satoko avec un sous entendu de démence. Rends - moi Mancinia telle qu'elle était !
La jeune fille se mit à faire bouger le pont, à ce rythme, Mancinia ne tiendrai jamais le temps de la raisonnée !
- Satoko reprends - toi !
- Jamais plus ! Jamais plus tu entends ?! Ta maudite malédiction n'a plus aucun effet sur moi ! Tu as peut - être pris tout ce que j'avais de plus cher, mais tu ne m'auras pas moi !!
- Satoko, je t'en prie... !
- TAIS - TOI !!! Arrête avec tes belles phrases ! Ne fait pas semblant de parler comme elle ! MEURS !! Allez lâche ! Lâche maintenant ! Lâche !
- Satoko !
- TOI AUSSI TU VAS MOURRIR !!
Mancinia glissa et tomba dans le vide, rien que la chute devrait la tuer avant qu'elle ne touche la surface de l'eau. Pendant qu'elle tombait dans le vide, Mancinia se mit à penser à quelque chose d'horrible.
Toi aussi tu vas mourir ? Voilà des mots d'adieu bien cruel surtout venant de la part d'une personne que j'ai toujours défendue. Je maudis tout Hinamizawa. Que ce village disparaisse de la surface de la Terre et avec lui, tous ses atroces secrets.
Mancinia tomba dans l'inconscience, tendu que le pont se brisa pour finalement se fendre en deux et de tomber avec elle. Les morceaux de fer et de bois semblaient être des meurtrières prêt à la tuée dans une danse quelconque.

23h06.

...C'était notre correspondant en direct du Cabinet du Ministère de l'Intérieur. Nous allons vous rappeler les circonstances du drame humain qui s'est produit à Hinamizawa. D'important moyens de secours ont été mit en place à ce qui semble être une hécatombe. La nuit dernière, un gaz toxique d'origine volcanique ce serait répandu dans le village, frappant de plein fouet ses villageois endormis. D'après l'armée, toute les personnes présentes aurait été tuée. Ce qui porte le bilan actuel à plus de mille victimes, jusqu'à présent, tous les corps ont pût être identifiée mais la liste n'est pas encore terminée. Ah mais...Attendez ! Il semblerait qu'il y est des survivants. Oui, c'est confirmé, nous avons retrouvé des survivants.

Hinamizawa...Est un village que j'ai détruit par peur. Je suis devenue sans le savoir l'instrument de la vengeance d'Oyashiro. Mais ça...J'en doute encore.

Why or Why not de Horoyuki Oshima

To get my happiness, I have done everything.
But have done nothing to be blamed and accused of,
The sound of footsteps became louder everyday,
Then I noticed the fact there was no time.

I was a believer in life to be myself always,
And was asking whether I would be alive.

Give me a reason why not to adapt in this way,
Or judge me to by guilty of so many incurable sins.
Tell me why or why not you are blaming my way to live,
Maybe I overlooked something fatal to me.

The whole world was at a complete standstill,
And I was in fetters, at the mercy of the mob.
The silent warning became louder every day.
Then I kept pretending not to hear.

Its meaning had been in the eyes of beholder all along.
It had grown dark before I found a sign.

"Among the nonsense tragedies, what on earth you are looking for ?
You only have to be honest to yourself and your own fate."
Tell me why, or why not. Complaining way too much.
Maybe I overlooked something fatal for me.

There is nobody who knows there will be nobody.
Except for me, all the world has gone mad.

So what is forgiveness you are willing to withhold ?
What is the well-being you are willing to make ?
Now what ? So what ? Don't you come interrupt me, oh please,
While I am interrupting myself.
______________________

J'ai tout fait pour être heureuse.
Mais je n'ai rien fait pour être blâmée ou accusée.
Le bruit des pas devenait plus fort chaque jour,
Et j'ai alors remarqué que le temps n'existait plus.

J'ai toujours cru que je resterais moi - même,
Et je me demandais si je survivrais.

Donne - moi une raison pour ne pas aller dans ce sens,
Ou juge - moi coupable de tellement de pêchés incurables.
Dis - moi pourquoi ou pourquoi pas tu blâmes ma façon de vivre.
Peut - être ai - je laissé passer quelque chose de fatal pour moi.

Le monde entier semblait complètement figé,
Et j'étais enchaînée, à la merci de la foule.
L'alerte silencieuse retentit de plus en plus fort chaque jour,
Alors que je prétendais ne rien entendre.

Son sens se terrait dans les yeux de ce spectateur,
Qui s'était mué en ombre avant que je n'en perçoive le signe.

"Parmi ses tragédies insensées, que cherche - tu sur cette terre ?
Tu dois être honnête avec toi - même et envers tes convictions."
Dis - moi pourquoi ou pourquoi pas tu blâmes ma façon de vivre.
Peut - être ai - je laissé passer quelque chose de fatal pour moi.

Il n'y a personne qui sache qu'il n'y aura bientôt plus personne.
Le monde entier a sombré dans la folie, excepté moi.

Alors quel pardon as - tu l'intention de retenir ?
Quel est le bien être que tu désires construire ?
Maintenant quoi ? Alors quoi ?
Ne viens pas m'interrompre, oh je t'en prie.
Alors que je m'efface lentement moi - même.

Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:50

Chapitre 11 : Compte à rebours


- Nous venons de subir une attaque d'un ennemi inconnu. Un appareil à été détruit d'un seul coup, des tirs non - identifiés semblent venir du ciel...On diraient de longue décharge d'énergie. Demandons instructions Amiral !
La jeune femme s'agita dans ses draps, revoyant avec une peur croissante ce qui s'était passé ce jour là. Elle tremblait violement au point de commencer à marmonner et à hurler tandis que les personnes autour d'elle semblaient affolées.
- C'est quelle ville ?
- Washington.
- Ici Apollo, ce n'est pas nous qui sommes visés, l'ennemi bombarde Washington.
- Mancinia, la secoua Mercy. Mancinia !
- Lee ! hurla Mancinia dans son sommeil comme en se débattant. Sharon ! Non !
- Mancinia, qu'est - ce qui se passe ?! Réveille - toi je t'en prie !
- Kara ! Gina ! Pourquoi ? Pourquoi ?! ...Espèce de sales enflures ! Vous me le payerez ! Je vous tuerais tous jusqu'au dernier ! ...
Mercy commençait à prendre peur pour son amie et somma Katrina d'aller lui chercher de l'eau et des serviettes...Mancinia était affreusement pâle, remplie de sueur et extrêmement brûlante. La grossesse semblait mal se passer et demanda aux deux soldats devant la porte d'aller chercher son médecin.
- Vous m'entendez ! continua Mancinia. Je réussirai ! Pour moi, pour eux tous ! Tu entends Murtagh, je te tuerai !
______________________

Etrangement, Murtagh ne se sentait pas tranquille. D'un côté, c'était normal. Mancinia avait voyagée dans de nombreux endroits...Mais l'histoire d'Hinamizawa, le dernier des mondes qu'elle avait vu lui donnait des sueurs froides. Etrangement, des zones d'ombres persistaient, des incompréhensions, la jeune femme s'amusait avec son cerveau. Le jeune homme avait d'ailleurs l'intention de lui faire tout dire le plus vite possible...Quelque chose allait arriver et il le sentait. Murtagh avait cependant envie de la rassurer et de ce dire que tout ceci n'était qu'un cauchemar : des dieux, des mondes différents et...Le visage d'une fille rompue. Car oui, même si elle semblait forte, Mancinia était fragile et surtout très marqué par ses aventures. Hinamizawa...Et les autres ? Qu'avait - elle vécue d'atroce encore ? ...Murtagh aurait aimé la prendre dans ses bras, la rassurer et l'aider...Cette idée franche le forçait à avancer. Mais il s'agissait là d'un rêve irréalisable après les atrocités qu'il avait commis. Il était le fils d'un Parjure et jamais personne ne pourrait changer son ascendance. Même s'il se défaisait de ses chaînes, aucun peuple ne l'accepterait, il serait condamné à l'exil et à la solitude. Même Eragon ne devait plus le considérer comme son "frère" à présent. Non, il n'était plus qu'un sale traître au service du tout puissant Galbatorix, enfin...Hermès. Un dieu ? Ce traître ? Murtagh se demandait maintenant si Mancinia ne le manipulait pas pour obéir plus docilement aux idéaux idiots. Un pion sur l'échiquier dont le but était de tuer sans discuter ni même penser. Il caressa le pommeau de Zar'roc qui pendait à son côté. Thorn cessa de battre un moment des ailes, se laissant planer. Il avait dû comprendre que l'esprit de son Dragonnier était troublé, presque aussi dense que le brouillard. Il avait perçu son incertitude face à ce qu'il devrait faire dans les prochains jours. Le dragon couleur rubis savait très bien dans quelle situation délicate ils se trouvaient, mais il ne pouvait rien faire. La seule chose qui lui était permise était de suivre son Dragonnier quoiqu'il arrive, même si cela devait les mener un jour à la mort. Déjà plus lucide, Thorn se mit de nouveau à battre puissamment des ailes, brassant l'air. Murtagh ne jeta pas un coup d'oeil en bas, il n'en avait pas envie. Il cessa de toucher son épée et passa distraitement une main sur la tête de son dragon. Un mince sourire étira ses lèvres avant de disparaître aussitôt, laissant de nouveau place à une mine sombre. Ils approchaient d'Urû'baen, il le savait. Il eût une pensée pour Eragon, il ne regrettait pas son choix de l'avoir laissé en vie malgré tout. Restait à savoir s'il parviendrait à en tenir profit pour devenir plus fort et peut - être réussir à le tuer. Tuer ou être tué. C'était la règle en ces temps de guerre. Le dragon aux écailles écarlates piqua vers le sol avant de se poser lourdement dans la cour du palais. Des gardes armés de lances et de lourds plastrons d'acier vinrent dans leur direction alors que l'homme mettait pied à terre.
- Le roi désire vous voir ! lança un des gardes d'une voix ferme. Veuillez ne pas le faire attendre.
Murtagh dépassa les soldats d'un pas rapide et se rendit à l'intérieur même du palais, traversant les innombrables couloirs sans même les voir. Il manqua de percuter une servante, qui déséquilibrée, fit tomber un plat rempli de victuailles. Le Dragonnier se retourna légèrement et grogna une brève excuse. Son humeur commençait déjà à se dégrader au fur et à mesure qu'il se rapprochait du roi. Il ouvrit une porte à deux battants et pénétra dans la salle. Murtagh ne se sentait pas aussi à l'aise que d'habitude, que lui voulait ce dieu ?
- Alors, Murtagh, on se permet de se balader sans autorisation.
Son interlocuteur baissa les yeux. Hermès murmura des mots en Ancien Langage et le Dragonnier sentit sa gorge se nouer. Il ne parvenait plus à respirer, l'air n'atteignait plus ses poumons. Bien malgré lui il se mit à paniquer avant de tomber à genoux sous le regard narquois du roi, une main sur sa gorge, suffoquant. Le paysage devant lui se mit à tanguer dangereusement, il ne parvenait plus à distinguer les couleurs ou les formes. Cette vulnérabilité le dégoûta, il se sentait faible, plus faible qu'un simple vermisseau. Mais il savait que le Roi ne le tuerait pas, il avait trop besoin de lui pour le moment. Mais la pression ne semblait pas vouloir se défaire. Le Dragonnier crut qu'il allait s'évanouir et gagner ainsi l'inconscience, mais il n'en fut rien. Le Dieu venait d'interrompre le sort.
- Pfff...Vois comme tu es faible Murtagh. Sans moi tu n'es rien qu'un incapable. Sans moi, tu n'as pas raison d'être. Maintenant sors d'ici.
Le Dragonnier se mit à douter. Peut - être avait-il raison finalement ? Murtagh se releva tant bien que mal et salua le "Dieu" d'une brève révérence. Il traversa les couloirs en sens inverse et dut se retenir contre le mur pour ne pas s'écrouler. La poigne de fer qui avait semblé le saisir à la gorge avait beau avoir disparu, il n'avait toujours pas recouvré totalement sa vision.
- Est - ce que tout va bien Seigneur Murtagh ?
Ce dernier ne daigna pas répondre tout de suite. Sauf quand il prit conscience qu'il s'agissait de sa soeur, Mercy. Une soeur et un frère, tous des cadets...Décidément, il ne savait pas si le hasard lui en voulait où non. Le jeune homme se redressa :
- Ca va, merci. Mais...Tu sais, tu peux m'appeler Murtagh tout cours.
- Heu...Oui, pardon. Une habitude sans doute !
- Je m'en doute, marmonna Murtagh.
Mercy parut désolée :
- Ah propos...Tu sais Mancinia a...
- Non ! dit Murtagh. Je ne suis vraiment pas d'humeur à parler. Excuse - moi, mais j'ai besoin de rester seul.
Murtagh passa à côté d'elle sans le moindre regard tandis que Mercy se posait des questions : Pourquoi Mancinia voulait tuer son frère alors qu'ils étaient amis ? Arrivé à destination, Murtagh se laissa tomber sur le lit, une main sur le front, las. Chassant ses pensées quelques peu désagréables de son esprit, il enfouit la tête dans son coussin et s'endormit. Son sommeil fut peuplé de cauchemars et il aperçut à maintes reprises la bataille des Plaines Brûlantes. Il se vit levant son épée, donnant le coup de grâce à celui qu'il considérait comme son frère "avant". Il voyait la lame percer sa poitrine d'où s'échappait une pluie de sang. Et il contemplait enfin son oeuvre, se délectant de cette barbarie avant de récupérer son épée rougeâtre, celle - là même qui avait appartenu à son père, Morzan. Ensuite, comme par magie, il vit ce qui était arrivé à Mancinia à Hinamizawa. Le Dragonnier se réveilla en sursaut, une migraine incroyable le prit. L'ignorant, il se vêtit et s'empara de Zar'roc, l'observant un moment, le regard vide, repensant à son cauchemar. Reprenant ses esprits, il se décida enfin à quitter ses appartements alors que le jour n'était pas encore partit...Combien de temps avait - il dormi ? Murtagh se dirigea inconsciemment vers la salle du trône alors qu'il préférait allez voir Mancinia. La capitale de l'Empire avait un côté sombre et froid, un sentiment diffus que peu de personnes comprenaient réellement. C'était plus une sensation, une impression, qu'un sentiment réel, accru par les rues sombres et le comportement distant des habitants. Certes, comme toutes les villes, Urû'baen comprenait son lot de bandits, voleurs et mécréants, mais c'était autre chose : parfois, la ville semblait comme...Etouffante. C'était sans doute ça, le mot : Etouffante et envahissante. Le jeune homme pénétra dans la salle, il voulait osé demander des explications...Mais le Roi n'était pas enclin à l'écouter :
Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:50

- Tu ne cesseras donc jamais de me décevoir ? Moi qui croyait que tu t'étais résigné sur ton sort, tu continues à vouloir essayer de me trahir, lança Hermès d'un air faussement désolé en s'avançant. Je crois qu'il est temps de te faire prononcer de nouveaux serments en ancien langage.
- Pas question ! hurla d'un coup le Dragonnier.
- Tu n'es pas en position de discuter...Jure moi que dès la première occasion...Tu assassineras Mancinia.
- Quoi ?! Mais ça ne va pas ?!
"Tuer Mancinia ? ...Mais pourquoi ?! pensa Murtagh. Je ne peux pas...Je ne veux pas tué celle qui m'a tendu la main, celle que je veux protéger".
Le roi l'attrapa par la gorge et le souleva de terre, plantant son regard incendiaire dans celui du fils de Morzan. Un tremblement parcourut l'échine du garçon bien malgré lui. Une douleur fulgurante traversa soudainement son dos et il dut réprimer un hurlement de douleur.
- Lâchez - le ! tonna une voix. Sale raclure, je vous donne un ordre !
- Merde, t'es encore entière...Ca va ? Tu n'as pas trop mal au dos ma petite Mancinia ?
Murtagh tourna la tête, Mancinia semblait autant mal en point que furieuse.
- Ta gueule ! Je t'ai dit de ne pas le toucher !
- Pfff, si tu crois que ça va changer quelque chose. Tu est trop simple, petite.
Hermès lâcha Murtagh qui tomba lourdement sur le sol. Mancinia cracha au sol et dit avec ironie :
- Vous avez voulu détruire le Monde de la Nuit, mais je pense que cela a été réduit à néant ! La flotte à été détruite mais pas ce monde.
- Ce n'est pas dans ton accord avec la Déesse.
- Je souffre pour ce monde comme je souffre pour Hinamizawa, je n'aurais de cesse de souffrir tant que vous n'aurez pas tous disparus de la surface des mondes ! Même si vous détruisez tout, je vous reconstruirais.
Mancinia avait un regard de harpie tel une furie et elle s'élança dans les airs :
- Euq ut sios tiurtésd.
Une sorte d'éclairs fonça droit sur Hermès et le percuta en pleine poitrine, ce dernier ce retrouva propulser dans les airs :
- Si tu crois m'avoir ainsi...
- C'est toi qui voit, lança Mancinia avec un rire furieux. Mais sache que tu vas mourir. Vous n'avez qu'une vie.
Hermès se désintégra alors, comme si son corps était devenu de petits fragments, se fissurant comme de la glace. On pourrait dire qu'il implosa de l'intérieur tandis que des fumerolles tombèrent aux pieds de Murtagh d'un air désolé. Mancinia soupira tandis qu'elle tomba à genoux :
- Putain, la barrière des deux derniers Tamaris se fissurent. Ellesméra et Ûru'baen...Bientôt miettes dans la poussière...Super programme.
- Tu penses que Niddögh pourrait nous aider ?
- Peut - être...J'en sais rien. Je ne le contrôle pas.
Hermès sembla réapparaître comme si de rien n'était.
- Pfff, c'est pas juste..., dit - il avec désolation. Je voulais le tuer moi - même ce double maléfique. Tu savais qu'en Allemagne, cela était la prédiction de ta mort prochaine ?
- Vous commencer à devenir comme Alexandre...Et puis, à force d'utiliser votre magie...Vous allez disparaître. N'étant pas issu de ce monde, c'est normal.
Murtagh resta un peu pâlot devant cette nouvelle, des doubles maintenant ?
- Allez, Mancy, va te reposer...Tu viens à peine de...De...Refermer la brèche. Tu vas te tuer à la longue.
- Pas de soucis, je suis morte il y a longtemps.
______________________

- Tu te souviens, quand les mercenaires disaient que tu étais un enfant maudit appelant la misère à lui ?
- ...Ouais.
- A l'époque, tu étais un modèle. Malgré les douleurs, les batailles, tu as toujours tenu bon. Alors que moi, je ne faisais qu'encaisser sans jamais rendre...Alors...Je me suis dis : "Je vaincrai comme Guts''.
Au bord du petit lac entourer de verdure, Mancinia avait ignorée les conseils d'Hermès et de Jack. Avec Guts, elle espérait une conversation sérieuse sur la prochaine bataille, une qui ne devrait pas tarder. La jeune femme était debout tandis que l'homme était assis au bord du lac sur un tronc d'arbre mort. Vu ainsi, la foret était magnifique mais recelait en vérité de profonds malheurs.
- Bah...T'es devenu une femme forte t'sais ? Même si t'restes traumatiser par ce que t'as vus et entendus. Mais chacun ses misères pas vrai ?
Mancinia sourit :
- Mais regarde...
Ca mine devint sombre et triste.
- Regarde dans le lac. Voilà ma misère passé alors que toi...Tu n'as pas de reflet.
Guts baissa c'est yeux vers les reflets du lac ensoleillé. Le reflet de Mancinia était son apparence d'autrefois. Une fille faible, malade de la vie, des yeux amères et durs avec un sourire enfantin. Des cheveux bruns clairs, des yeux ambrés...Rien avoir avec la femme à côté de lui. Quand a Guts, pas de reflet. Aucun...Il n'avait pas encore eut assez de force.
- Ouais. Tu sens ça ?
- Oui, dit Guts avec un sourire carnassier. Mes ennemis. Ils arrivent. J'vais tous les massacrer même si ce ne sont pas des Apôtres mais des subalternes.
- Des Akumas ? dit Mancinia. Tiens tiens, je crois que Lenalee va débarquer à ce rythme.
- Vu l'distance...'Seront là d'ici ce soir.
- Que la fête commence..., marmonna Mancinia.
Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Mancinia
Connaissance de Yûni
Mancinia

Féminin
Nombre de messages : 559
Age : 27
Livre ou fic préféré : Le Royaume des Pierres et la Candeur de la Rose.
Localisation : Sur la chaine de mon bureau.
Ancien pseudo dans d'autres forums (facultatif) : Mancinia (Berkclay - Neflyr - Hell).
Date d'inscription : 16/08/2007

Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Déc - 17:50

Chapitre 12 : Attaque

Dans la capitale de l'Empire, une jeune fille d'une beauté éblouissante, à l'aspect frêle et sans défense, se dirigeait vers la salle du trône. Ses cheveux soyeux d'un blond argenté voletant derrière elle. Ses yeux marins lançaient des éclairs et notaient tout ce qui l'entourait, du plus infime détail au plus gros. Les pensés de la jeune fille tourbillonnaient en elle telles des cyclones dévastant tout sur son passage. Car sous cet aspect d'ange, se cachait un démon de la pire espèce. Sa soif de sang n'était pas étanché malgré la mort du Double Noir Hermès, elle rêvait de ce venger de cette monstrueuse attaque...En commençant peut - être par les responsables ? Et ensuite se tuer, la vengeance serait entièrement accomplie. Hermès ressentait les sentiments de la jeune femme comme une décharge électrique dans son esprit malgré la distance qui les séparaient...Tandis qu'il essayait de préserver ces propres forces.
______________________

Katrina marchait dans les jardins immenses et fleurissants du palais, ils étaient baignés dans une douce couleur d'or scintillante d'un couché de soleil. La jeune femme avait la gorge nouée en pensant à son fiancé, allait - il bien ? Mangeait - il correctement ? Est - il... ? Katrina chasse ses pensées morbides en balançant sa tête de droite à gauche. Fermant les yeux un fois le calme retrouver, respirer la sérénité pour son enfant était primordiale lors d'une grossesse, les derniers rayons solaires touchait son visage fermé, une légère brise faisait voler ses cheveux roux. La jeune femme décida de ne pas se risquer trop loin de ses "appartements", ont savait ce qui se passait pour les femmes seules de nos jours mais au loin, elle discerna une silhouette familière et se redressa correctement, un maintien un peu instable pour ses cinq mois de grossesse.
- Dame Mancinia, dit la jeune femme.
Cette dernière avait un regard dur et un visage renfrogné, néanmoins, elle oublia son malheur pour regarder Katrina avec un sourire peu sincère, mais un sourire quand même.
- Ce n'est pas la peine de m'appeler ainsi, répondit Mancinia. Mais...Au préalable, j'ai besoin d'un peu de soutien...Ca me fait plaisir de voir une autre femme enceinte, tu sais ?
- Eh bien...
- Je sais, je sais...Je n'ai pas un aussi gros ventre que toi. C'est grâce à une amie qu'il n'est pas si gros...C'est compliqué à expliquer hein ?
- Vous êtes un mystère pour tous, vous savez ?
- Ha ha ha ! explosa Mancinia. Je sais...Mes propos sont également incohérent. Allez salut, j'ai des trucs à faire...Ca te va si je te laisses ?
Katrina hocha la tête, même si s'était sous forme de question, la jeune femme n'avait pas envie de contrarier une noble. Mancinia marmonna pour elle :
- Avant qu'il ne soit un peu tard.
Mancinia eut une impression d'effritement.
Clap.
La même impression que Satoko avait.
Clap, clap.
Hinamizawa, comme les deux autres. Elle devrait...
Clap ! Clap !
...Y retourner.
Le noir engloutit la jeune femme.
______________________

Mancinia ouvrit les yeux, une affreuse odeur lui saisit la gorge. Comme du poivre mêlé à du gaz. La jeune femme se sentait sale, couverte de boue et de bois, de cordes et de sang. Ses vêtements étaient déchirés à certains endroits et des bouts de bois avaient entaillés sa peau à plusieurs endroits, du liquide chaud coulait de son nez, de ses mains et de ses jambes, savoir courir aussi blesser en tenant une arme était insolite mais...C'était son rôle de ne pas avoir peur devant la douleur et de ne pas ressentir la douleur devant la peur. Son corps semblait hors phase, comme plongé dans le monde astral. Mancinia reprit petit à petit ses esprits en fixant les étoiles qui brillaient dans les cieux noirs, la jeune femme se redressa avec des courbatures tant elle s'était prit des coups, elle dégagea les planches de bois et s'emmêla dans les grands fils métalliques du pont suspendus, détruit tandis qu'elle tombait. Titubant quelques minutes pour laisser le temps à son sang de circuler de nouveau dans ses veines et de lui donner un bien fou, comme égarer quelques part au loin, la perte de son sang lui faisait à peine prendre conscience qu'elle était dans la forêt environnantes d'Hinamizawa. Mancinia vit également étendue plus loin, Satoko qui ne bougeait pas et elle se lança dans sa direction. Mais il était trop tard. La jeune fille était morte, elle ne respirait même plus et son corps était déjà froid. Satoko avait dû se noyer quand le pond s'était effondrer, des débris traînaient près d'elles et les autres avaient dû être emporté par la rivière en furie. Mais Mancinia comprit que Satoko n'était pas la seule disparue bien après.
- Commandant ! dit une voix sourde. Une survivante !
- Non, je suis autant morte qu'elle. Skuld...Encore une fois.
Un flash lumineux brouilla les sens et la vue de Mancinia, lorsqu'elle se réveilla, elle était toujours dans le même endroit. La douleur de ses blessures présentes mais ses plaies refermés, les soldats disparut autant que le corps de Satoko. Le soleil brillait et dardait la foret de ses rayons tandis que la chaleur était étouffante. Un moment de répits pour Rika. Trois semaines avant le festival du Watanagashi.

______________________

Mancinia ouvrit cette fois les yeux dans un monde un peu plus réel. Hermès se tenait à côté d'elle d'un air désolé et terriblement abattu :
- Lucy et Alexandre ont réussis à les prévenir mais...Je crois qu'ils ne seront pas là à temps. Le soleil s'est couché, la barrière se fracture. Qu'allons - nous faire Mancinia ? ...Non reste allongée ! J'ai ordonnée à mes hommes de se préparer pour cette bataille...J'ai essayer de mettre à l'abri ceux qui pourrons survivre...Quand à ceux morts...Je n'ai pas d'autres choix que de les abandonner. Et aussi, je...Les troupes près du Surda ont été retirées. Je pense que cela vaux mieux...
- J'ai appelée Lenalee et les autres, répondit Mancinia. l'armée que nous allons affronter sera donc des Akumas...Et puis...Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais l'épidémie est ici.
- C'est pas vrai...Si ça continue, le système va être...
- Déréglé comme il y à dix ans...Quand je pense que c'est de ma faute.
- Comment tu aurais pût savoir que les choses que tu créais étaient réelles ?!
- Mais c'est moi qui est écrit cette histoire d'Aryens et de rivières vivantes, sans moi...Rien de tout cela ne serait arrivé...
- Et sans toi, aucun de nous ne serais là et tu le sais !
- Ce n'est pas juste...
Mancinia se leva sous les yeux ahuris du dieu qui semblait ne pas l'approuver grandement. Mais la jeune femme préféra quitter la pièce et se mettre en quête de quelqu'un. Mais malheureusement elle entendit comme un craquement au dessus de sa tête.
- La barrière...Est détruite...
Une explosion gigantesque résonna au dessus de sa tête et une douleur fulgurante la transperça. Elle se sentit projeter en l'air avant de retomber dans un enchevêtrement de bois et de sang. Un instant, elle se cru morte. Un voile noir l'enveloppait, la privant de ses perceptions. Puis, peu à peu la conscience lui revint. Elle entendit des tirs violents et sentit une fumée âcre. Un mélange de étrange lui remplit les poumons. L'empêchant de respirer. Elle souleva avec difficulté les paupières, ses yeux lui brûlaient. Un brouillard lourd l'enveloppait. Elle était vivante...Et il fallait qu'elle le reste !
- Putain...J'ai oublié mon arme à Celtia. J'suis trop conne...Bon...Trouvez le bon vieux Guts.
Mancinia discerna ces dénommés Akumas en contre bas, ils avaient l'air de machine de guerre plus qu'à des humains créer.
______________________

La capitale avait un aspect encore plus terrible qu'auparavant et on pouvait toujours sentir une odeur âcre de sang dans l'air. Des cadavres recouvraient toujours l'endroit, les yeux révulsés et figés dans une expression d'horreur et d'effroi. La bataille avait été difficile, il y avait eu de nombreux morts, mais le résultat était là, ils avaient gagné. Cette victoire avait tout de même un goût amer dans la gorge de Murtagh.
"Ne t'inquiètes pas, jeune homme...Pour le moment, tout va bien..."
Murtagh eût un petit sourire. Thorn avait toujours su trouver les bons mots pour lui remonter le moral lorsque son esprit était tourmenté, il lui était reconnaissant pour ça aussi. Il passa une main sur une pièce de l'armure du dragon, constatant avec effarement qu'elle avait été sérieusement endommagée. Murtagh entreprit donc de l'en défaire, espérant pouvoir la faire réparer avant la prochaine bataille. Il hésitait à demander de l'aide aux "amis" de Mancinia, ceux - ci étaient sans aucun doute encore secoués, Murtagh haussa les épaules. Ca n'avait pas d'importance. Avec ou sans armure, il comptait bien faire ce qu'il avait à faire. Enlever les pièces métalliques une par une lui prit cependant un temps fou, mais il y parvint au bout de bon nombre d'efforts. Puis, il vit Hermès exténuer discuter avec une jeune fille que Murtagh avait vu se battre...Assez bizarrement, c'est quoi les Innocences ? Bah, peu importe. Son esprit été déjà assez embrouiller avec les paroles insensées de Mancinia. La jeune fille avait de longs cheveux noirs de jais coiffés en couettes, habillé d'un étrange uniforme mélangeant l'or, l'argent, le noir et le blanc. Quand à son combat...Les bottes de la jeune fille étaient redevenues normales, car quand elle était arrivée, elles avaient prit une étrange forme...Sautant dans les airs, dansant sur l'eau en se débarrassant des ennemis que personnes n'arrivait à batte.
- Ca va le vieux ? demanda Mancinia.
La jeune femme était couverte de suie, de sueur et de sang...Mais elle - même n'avait pas trop combattu vu son incapacité. Murtagh la toisa un moment sans rien dire avant d'éclater de rire. Légèrement froissée, la jeune femme croisa les bras sur sa poitrine en attendant que le jeune homme daigne recouvrer son sérieux. Ce qui ne tarda pas d'ailleurs.
- Tu es complètement folle ?! hurla le jeune homme. Te battre dans ton état ? Tu te rends compte si tu perds ton bébé ? Tu t'en moques ?
Mancinia eut comme une révélation et la gifle partit toute seule, Murtagh posa sa main contre sa joue endolorie ne comprenant pas trop sa réaction :
- Tu crois que je m'en moque hein ? Mais tu ne sais pas l'effort que je fais pour maintenir mon bébé dans l'autre plan pour qu'il ne souffre pas des attaques et des idioties de combats...Le monde astral me permet de le sauver pour le moment...Mais il finira comme...
Des explosions se firent de nouveau entendre au dessus. Le bouclier cessa totalement cette fois mais l'étrange objet, immense comme le château et qui semblait les attaquer ce fit elle même avoir par ses explosions alliés visiblement. Une autre boite de conserve apparut dans les yeux et détruisit l'autre d'un coup de vent...Murtagh sentit une drôle de sensation sur son corps quand une lumière l'aveugla pour qu'il réapparaisse ailleurs. Les couloirs de cet endroit étaient gris et fait d'acier, des choses étranges pour le monde normal. Mancinia s'était appuyée sur lui, à bout de force.
- Alors, général on se balade ?
- Amiral Cain...
Revenir en haut Aller en bas
http://Mancinia.skyrock.com
Contenu sponsorisé




Héritage des Anciens - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Héritage des Anciens   Héritage des Anciens - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Héritage des Anciens
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 01.03/11.C.Utah - Un hangar comme un autre
» Modifs Sarienn
» [RP] D'un héritage penthiévrique
» L'héritage du Feu [PV Valentine Crowblack]/!\Hentaï/!\[Terminé]
» EVENT Prideland — Héritage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Vos oeuvres :: Oeuvres littéraires-
Sauter vers: